L’entretien professionnel - Episode 2 : « Ils me disent ce que j’ai envie d’entendre »

Mis à jour : avr. 19



Certains chefs d’entreprise ou responsables de centre de profits mettent beaucoup d’application dans la tenue et le déroulé des entretiens professionnels qu’ils mènent avec leurs collaborateurs. Ils ont à cœur, tous les deux ans, de faire un point sur la progression de leurs équipes, sur les difficultés qu’elles peuvent rencontrer dans la réalisation de leurs missions, sur leurs éventuelles volontés d’évolution…


Pourtant, souvent, ils ne ressortent un peu déçus. L’un d’eux, qui, avec beaucoup de discipline se prêtait à l’exercice avant de me confier cette mission me disait : « je trouve ces entretiens un peu pauvres. Il ne s’y passe rien ou si peu. J’ai le sentiment qu’ils me disent ce que je veux entendre ».


Nous voilà au cœur du problème. 98 % des salariés avec lesquels nous avons réalisé les entretiens professionnels de façon externalisée nous confient deux choses : Primo, qu’ils apprécient ce moment qui montre que l’on s’intéresse à leur quotidien, à leurs moteurs de motivation, à leurs souhaits en matière de formation, à leurs envies d’évolution dans l’entreprise ou en dehors. Secundo, qu’ils préfèrent, et de loin, que cet entretien soit réalisé par une personne extérieure à l’entreprise.


Mais alors, me direz-vous, pourquoi un salarié qui ne se confie pas à son supérieur hiérarchique le ferait-il avec un illustre inconnu ?


Plusieurs réponses sont possibles :

Tout d’abord, la relation que l’on entretient avec son responsable est parfois marquée par le quotidien positivement ou négativement.


Ensuite il n’est pas facile de confier ses états d’âme à son dirigeant. Dans l’entreprise on doit se montrer fort et sûr de soi. S’ouvrir à l’autre pour lui confier ses doutes, ses craintes est difficile voire impossible.


Et puis, un consultant externe a un regard neuf sur le salarié. Pas de passif, pas d’influence qui naitrait de performances ou de contres performances passées. Il est juste à l’écoute et oriente les débats.


Pourquoi s’ouvrir à lui et lui faire confiance ? A fortiori quand on émet des doutes sur les capacités managériales de son responsable. Ne va-t-on pas me dénoncer ?

Certainement pas…qu’aurait-on à y gagner ? une fois le consultant reparti, ne règnerait plus qu’un climat de suspicion, de défiance ou de représailles…bref, un chaos.


Au contraire, il faut savoir collecter de l’information pour influencer des relations plus fluides, préserver l’anonymat de celles et ceux qui le demandent lors de la remontée d’information au dirigeant. Taire les envies d’ailleurs d’un responsable commercial tout en soufflant à l’oreille du dirigeant qu’il devrait avoir toujours présent à l’esprit que les responsabilités se partagent, qu’il faut anticiper et former les cadres de demain.


L’entretien professionnel, correctement mené, est souvent un extraordinaire baromètre du climat social d’une entreprise ou d’une agence.


Chef d’entreprise, responsable d’agence, vous savez mieux que moi que vos collaborateurs construisent vos succès mais aussi vos échecs. Un salarié motivé en veut deux…


Et si nous prenions la température dans votre structure ?


#bilandecompétences #formation #entretienprofessionnel